Accès direct au contenu

CMLA

Version anglaise

aide

Accueil > Publications > Thèses du CMLA

Recherche - Valorisation

Synthèse de contrôle garanti pour des systèmes dynamiques spatio-temporels à commutation

le 2 octobre 2017
14h00

Soutenance de thèse d'Adrien Le Coënt

LE_COENT_Adrien.JPG

LE_COENT_Adrien.JPG

Dans le présent travail de thèse, nous souhaitons approfondir l'étude des systèmes dynamiques à commande par commutation au moyen de méthodes dites « correct-by-design ».

Nous nous intéressons plus particulièrement à la synthèse de contrôleurs pour de tels systèmes, et souhaitons étendre le champ d'application des algorithmes existants, notamment pour des problèmes décrits par des équations aux dérivées partielles.

En effet, les algorithmes existants reposent essentiellement sur une décomposition ou discrétisation de l'espace des états, associée à des méthodes de calcul ensembliste permettant de calculer les ensembles atteignables, et leur complexité est exponentielle en la dimension de l'espace des états, ce qui limite fortement la complexité des systèmes étudiés.

Une première étape est l'amélioration du calcul des ensembles atteignables, en l'étendant aux systèmes non-linéaires grâce à des schémas numériques garantis. Nous proposons également une approche extrêmement rapide basée sur le  schéma d'Euler associé à une hypothèse proche de la stabilité incrémentale.

D'autre part, afin d'augmenter la dimension des systèmes que nous étudions, nous proposons des versions distribuées (compositionnelles) des algorithmes de synthèse, permettant de casser la complexité exponentielle en synthétisant des contrôleurs sur des sous-parties du système, mais impliquant des contraintes  supplémentaires pouvant être gérées par des approches du type  hypothèse / garantie.

Enfin, pour l'application aux problèmes aux dérivées partielles, dont les versions discrétisées sont toujours inatteignables pour de tels algorithmes, nous  proposons des approches utilisant des méthodes de réduction de modèle, permettant de diminuer la complexité du système étudié en l'approchant par un système de faible dimension, mais nécessitant la prise en compte des différentes sources d'erreur.

Si les premières applications des méthodes « correct-by-design » ont permis de synthétiser des contrôleurs robustes pour des systèmes tels que des  convertisseurs de puissance modélisés par des systèmes à commande par commutation de dimension 2, nous avons appliqué nos méthodes sur des cas tests tels que le chauffage d'une maison de onze pièces (cas test concret proposé par l'entreprise danoise Seluxit), le contrôle au bord de l'équation de la chaleur, ou encore le contrôle de vibration sur des pièces métalliques.




Type :
Thèses - HDR
Lieu(x) :
Campus de Cachan
Salle Renaudeau, RdCh. bâtiment Laplace

Tutelles






Jury

Directeur de thèse
M. Florian DE VUYST,
PU, CMLA, ENS Paris-Saclay, Cachan
UTC Compiègne

Co-directeurs de thèse
M. Laurent FRIBOURG
DR, LSV, ENS Paris-Saclay
M. Ludovic CHAMON
PU, LMT, ENS Paris-Saclay

Examinateurs
Mme Thao DANG
IMAG, DR CNRS, IMAG
Mme Sylvie PUTOT
PU, LIX, X
M. Emmanuel TRELAT
UPMC, LJLL

Rapporteurs
Thierry HORSIN
PU, Maths, CNAM PARIS
Luc JAULIN
PU, Info, Lab-STICC, ENSTA Bretagne

Invité
M. Christian REY
HDR (PU détaché), SAFRAN TECH

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité