Accès direct au contenu

CMLA

Version anglaise

aide

Un algorithme qui traque automatiquement les images falsifiées

Un algorithme de détection des falsifications dans les images

Un nombre croissant de fausses images ou d'images falsifiées sont utilisées sur les réseaux sociaux et alimentent les fake news. L'un des algorithmes récents développé par l'équipe Images du CMLA (CNRS UMR 8536 - ENS Paris-Saclay) "Automatic JPEG Grid Detection with Controlled False Alarms, and Its Image Forensic Applications" permet de détecter des manipulations locales dans les images, en détectant les traces laissées lors de la compression JPEG.

Nos chercheurs ont entrepris de tester régulièrement leur algorithme en questionnant des images qui font l'actualité...

Le faussaire épinglé : le fourmilier empaillé

Un photographe animalier lauréat d'un concours photo est finalement disqualifié (04.27.2018). Le fourmilier photographié et remis "en situation" dans un photomontage serait en fait un spécimen empaillé exposé dans un musée, signalé aux organisateurs par un envoi anonyme.

Les résultats de l'algorithme du CMLA montrant la zone manipulée en rouge.

Une méthode originale de détection automatique des Fake News

L'originalité de la méthode est qu'elle est entièrement automatique. Elle produit et repose sur une analyse statistique de l'image. L'algorithme a seulement besoin de l'image elle-même pour donner une réponse, sans intervention humaine. A partir d'une image <photographie.jpg> l'algorithme repère de manière significative la présence de traces non cohérentes avec le reste de l'image et signale en couleur dans une image <resultat.png> les zones suspectes ayant fait l'objet de manipulations avant compression. La couleur indique le degré de certitude et le pourcentage d'erreur.

L'héroïne de la March for Our Lives sur Twitter

Une fausse image représentant Emma Gonzalez (lycéenne survivante de la tuerie de Parkland devenue une figure de la marche blanche dénonçant la vente libre des armes aux Etats-Unis) déchirant la Constitution américaine (le Patriot Act sur lequel s'appuient les partisans de la vente d'armes à feu pour légitimer leurs intérêts) a récemment circulé sur Twitter. Il s'agissait en réalité d'une cible de tir sur l'image originale issue de la presse magazine...

Les résultats de l'algorithme du CMLA montrant la zone suspecte en bleu.